Lait d’or : le rituel du soleil

Le curcuma, également appelé « l’épice de la vie », est impossible à mettre dans une seule case. Il est tout simplement – trop géniale – pour ne servir qu’à une seule chose.

Avec plus de 150 bénéfices thérapeutiques, la reine incontestée des épices vous veut beaucoup de bien. Et la meilleure façon d’en consommer régulièrement (et délicieusement, vous savez que je suis attachée à la gourmandise!) s’appelle le lait d’or. Continuer la lecture de « Lait d’or : le rituel du soleil »

Les 6 objectifs de la Permaculture

  1. Récupérer et stocker l’eau (de pluie),
  2. Faire pousser de la nourriture,
  3. Créer ma propre énergie (et ressources),
  4. Construire ma maison ou en rénover une, en faisant en sorte qu’elle soit autonome et agréable (chaleur, température, humidité, …),
  5. Réduire autant que possible le gaspillage et l’impact de mes déchets (circuits court, achats en conscience, … ),
  6. Connaître et collaborer avec le voisinage et les autres (communauté, …).

Le jardin mois par mois

Chamane … sans café

Bon , pour ceux qui me connaissent, je suis Végane. C’est déjà un gros changement par rapport à mon alimentation d’il y a quelques années. J’ai aussi considérablement réduit le sucre.

Désormais j’ai arrêté le café. (et aussi le vin)

Je consommais de 3 à 10 cafés par jour, et un verre de vin de temps en temps. Maintenant ce n’est plus le cas.

Pourquoi le café ? Parce que c’est une plante de pouvoir qui a comme le cannabis, le tabac, le vin et d’autres plantes et substances un pouvoir important sur nous. Une emprise forte. C’est en réalité un pacte fort entre la plante et l’animal que nous sommes qui s’est installé … et qu’il est important de maitriser quand on pratique le chamanisme.

Cela ne veut pas dire que le café (vin, cannabis, tabac, ..) est mal ou mauvais … non. C’est juste qu’il est important de prendre ces substances en conscience, de ne pas les consommer par habitude, sans se poser de questions, sans prendre en considération le pouvoir qu’elles ont sur notre quotidien.

De l’eau, de l’eau. c’est désormais ma principale boisson, et une bière de temps en temps (que je vais probablement supprimer aussi).

Le café et le vin seront pris désormais de façon rare et en conscience.

Apprenez à connaître les courges d’hiver

Nous aimons tous une bonne soupe de courge musquée et ce serait mentir de ne pas penser à la tarte de citrouille, mais il y a beaucoup d’autres courges qui sont rarement sous les projecteurs. Voici 9 variétés de belles et savoureuse courges d’hiver. Continuer la lecture de « Apprenez à connaître les courges d’hiver »

Jeûner … non merci

Jeûner … non merci … je préfère avoir une alimentation au top toute l’année.

Continuer la lecture de « Jeûner … non merci »

Les fruits et légumes de Juillet

56 fruits et légumes pour le mois de juillet Continuer la lecture de « Les fruits et légumes de Juillet »

Coup de pouce: Soutenez Survivre au système

Je vous propose de donner un coup de pouce à ce projet, comme je l’ai fait,

image

C’est un projet avant tout humain. Il a pour moi du sens et il me semble  représentatif d’une alternative possible, saine et viable dans notre société qui n’est pas toujours respectueuse de notre individualité … s’adapter au système et en prendre le meilleur, respecter les autres  et construire ce qui est important pour soi, … être acteur de sa propre vie.

Votre avantage : Un super feedback, humain et plein de générosité (et de cadeaux).


Soutenez Survivre au système

Ensemble créons un hébergement insolite et un atelier de formation en Autonomie !

ICI -> http://fr.ulule.com/survivre-systeme/news/hh-105374/ 


Fraternités ouvrières, Jardin bio

Petite visite à la Fraternités ouvrières

 

IMG_1027 IMG_1028

La grainothèque est de 5450 graines environ.

Tout se fait sur place, aucun envoi possible, la structure de l’asbl ne le permet pas. Ce n’est pas un magasin mais un groupement d’achats. Aucun catalogue, ni prix sur le blog.

Les graines sont achetées en gros, et mises en sachets par les bénévoles. Aucune graine ne provient du jardin.

Toutes les graines ne sont pas « bio », tout dépend ensuite du mode de culture… de chacun

Catalogue disponible à la vente au local. Inventaire en fin d’année et remplissage en début d’année.

Ne pas hésiter à solliciter les bénévoles pour toutes infos.

  • Adhésion à l’association: 1,50€/An.
  • PERMANENCES : ouvert à tous sans réservation ni inscription le jeudi UNIQUEMENT après midi de 14h à 18h (merci de respecter les horaires) toute l’année pour la visite gratuite du jardin et l’achat de graines
  • Cours de jardinage gratuits
  • Légumes – Fruits: 1er et 2e dimanche de chaque mois ( c’est le même cours) de 10h à 12h avec Gilbert. Cours théorique

Concevoir un jardin en permaculture – 3

Mes notes, lors du visionnage de la vidéo de Christophe Köppel sur « Concevoir un Jardin en Permaculture », incluant le contenu de la présentation. Une mine d’or.

  1. Partie 1
  2. Partie 2
  3. Partie 3 (cette page)

permaculture

Continuer la lecture de « Concevoir un jardin en permaculture – 3 »

Concevoir un jardin en permaculture – 2

Mes notes, lors du visionnage de la vidéo de Christophe Köppel sur « Concevoir un Jardin en Permaculture », incluant le contenu de la présentation. Une mine d’or.

  1. Partie 1
  2. Partie 2 (cette page)
  3. Partie 3

permaculture

Continuer la lecture de « Concevoir un jardin en permaculture – 2 »

Concevoir un jardin en permaculture – 1

Mes notes, lors du visionnage de la vidéo de Christophe Köppel sur « Concevoir un Jardin en Permaculture », incluant le contenu de la présentation. Une mine d’or.

  1. Partie 1 (cette page)
  2. Partie 2 
  3. Partie 3

permaculture Continuer la lecture de « Concevoir un jardin en permaculture – 1 »

La boisson kéfir de fruits ou kéfir d’eau

Fabrication à partir de grains

Ustensiles20070511_001b

Les grains de kéfir de fruits servent à la production d’une boisson ménagère très désaltérante selon une recette classique ou une infinité de variantes riches en saveurs inédites.

Les levures contenues dans les grains de kéfir de fruits vont chercher dans le sucre les éléments nécessaires à leur développement. En l’absence d’oxygène, le glucose est alors dégradé en éthanol et en dioxyde de carbone.

Il existe plusieurs recettes différentes pour préparer le kéfir de fruits.

Quantités pour un litre et demi environ

Mettez dans un bocal de 1,5 litre à conserve ou autre verre ou pot en grès à grande ouverture non couvert:

  • 2 à 5 c. à soupe de grains de kéfir après les avoir rincés dans une passoire en plastique ou en nylon sous l’eau.

Complétez avec de l’eau minérale de préférence par précaution pour garder les grains plus longtemps, en effet, l’eau va apporter des minéraux et des oligo-éléments à la culture. Evitez l’eau filtrée (la filtration supprimerait une grande partie des minéraux nécessaires pour nourrir les grains). L’eau du robinet contenant du chlore pourrait inhiber la croissance des bactéries. Si votre eau est chlorée, éliminez le chlore par aération en versant l’eau dans un récipient et en laissant reposer toute la nuit au frais.Versez l’eau jusqu’en haut du bocal, en ajoutant :

  • de 1 à 6 morceaux de sucre roux bio (pour un litre et demi) ou du sucre intégral type rapadura ou du sucanat, ou bien du sucre blanc avec éventuellement une cuillère à café de mélasse pour apporter des minéraux. Le sucre nourrit les grains, mais vous en trouverez peu dans la boisson finale si vous laissez le processus de fermentation se faire. Un sucre en poudre fera aussi l’affaire. (Le sucre roux complet bio contient plus de sels minéraux et moins de composants chimiques que le blanc, il est donc à conseiller pour la préparation de la boisson aux personnes attentives à leur santé.). Certains utilisent aussi du miel en remplacement du sucre mais c’est risqué car le miel a des propriétés antibiotiques pouvant nuire aux grains. Ne remplacez pas le sucre par des édulcorants chimiques qui ne nourrissent pas du tout les grains. Mélangez bien l’eau, le sucre et les grains de kéfir dans un bocal. Plus on met de sucre, plus la boisson sera alcoolisée. (A noter : Les cristaux teintés par l’utilisation de sucre roux retrouvent rapidement leur blancheur d’origine lorsqu’on utilise à nouveau du sucre blanc.). Il semble préférable, mais pas indispensable, de faire fondre le sucre avant de l’ajouter.
  • un demi-citron de préférence non traité après récolte, (bio de préférence ou bien lavé) tranché en quartiers ou rondelles. Pelez le citron et ne laissez que la peau blanche s’il n’est pas bio !
  • une (ou éventuellement deux) figues qui soient bien sucrées de préférence sans conservateurs ou bio. La fermentation est beaucoup plus active avec des figues qu’avec le sucre seul.

Couvrez d’un linge aéré comme un tulle ou d’une gaze, laissez à température ambiante. (18 à 27°C.). Mais il est également possible de fabriquer le kéfir dans de grands bocaux fermés avec leur couvercle, à la condition de laisser suffisamment d’espace entre la boisson et le couvercle. Placez le bocal, à l’abri du soleil direct. Les figues vont gonfler et remonter à la surface environ 24 heures après mais plus rapidement encore en été. (Une température ambiante élevée favorise une fermentation rapide.)

Petite astuce pour récupérer facilement les grains et éviter qu’ils se mélangent aux fruits : Afin de ne pas perdre les grains dans le bocal vous pouvez les placer dans un sachet en tissu fermé par un petit noeud (comme un petit pochon à bijou en tissu aéré) ou un petit filet en forme de sac, fait avec un tulle du genre « voile de mariée ». Le sachet doit être suffisamment grand pour permettre la multiplication des grains. Les grains de kéfir seront emprisonnés à l’intérieur et il suffira de passer le petit sac d’une préparation à la suivante. Ou alors… emprisonnez les fruits et pas les grains, vous éviterez aux graines de figue ou autre résidu de fruits de se perdre au milieu des grains de kéfir comme sur la photo ci-dessous.

Comme vous l’avez remarqué, il n’y a pas de recette unique, et chacun peut avoir sa recette personnelle, la recette peut varier en fonction de très nombreux critères comme :

  • la température ambiante, le climat,
  • l’état des grains de kéfir, leur quantité,
  • le sucre choisi,
  • la variété, la quantité et la qualité des fruits secs et fruits acides choisis,
  • la quantité et la qualité de l’eau,
  • le temps de fermentation, le choix d’une seule fermentation ou d’une seconde fermentation en bouteille, la durée de la ou des fermentations et de la conservation au réfrigérateur,
  • mais aussi les goûts personnels, la recherche ou non de pétillance, de plus ou moins d’alcool, des préférences pour des boissons plus ou moins sucrées, levurées ou acides… et bien d’autres facteurs encore..

C’est pourquoi après quelques essais, chacun adapte la recette à ses convenances et préférences.

Refreshing fruit punch in two glasses outside

Des variantes

  • A la place du sucre certaines personnes mettent de la grenadine, de la menthe ou autre sirop. Mais dans ce cas, je vous conseille plutôt d’utiliser un sirop fait maison, vous éviterez ainsi les colorants et les additifs !
  • remplacez le citron jaune par un demi-agrume de préférence non traité après récolte, (bio de préférence ou bien lavé) tranché en quartiers ou rondelles :
    au choix : citron vert, mandarine, orange ou pamplemousse, ou bien même kiwi, ananas, le kéfir aimant les milieux acides. Mettez la quantité équivalente au demi-citron. Pelez les fruits qui ne sont pas bio !!! A défaut, un agrume traité pelé (dans ce cas, ne laissez que la peau blanche).
  • une (ou éventuellement deux) variété(s) de fruits secs qui soient bien sucrés de préférence sans conservateurs ou bio : Mettez un morceau de fruit sec ou plusieurs petits fruits, c’est davantage pour un apport sucré que pour le goût qui transparaîtra peu : 10 raisins secs, 10 cranberries séchées bio, des abricots, poires ou pommes séchés, baies de goji séchées, cerises ou cassis séchés, (pruneaux ou dattes : mais ils laissent souvent de la saleté dans le bocal en se désagrégeant), ou fruits frais très sucrés : melon, pêche en gros morceaux (sinon ils fondent, c’est bon mais cela donne une odeur particulière), figue de Barbarie, ou, si vous avez des grains en surplus, vous pouvez consacrer une partie pour mettre dans des jus de fruits par exemple jus de fruits rouges, jus de kiwi…
  • Une option : la seconde fermentation. C’est une excellente méthode qui permet d’apporter un goût différent à la préparation classique sans aucun risque pour les grains (ils ne participent pas à la seconde fermentation)