La vie m’apporte … et je partage

J’en ai rêvé il y a plusieurs mois d’ici

J’ai été onze ans militaires dans l’armée Française (parachutiste avec mon groupe, spécialisé dans les transmissions). En 2000 j’ai passé quatre mois au Gabon, une période où je venais de réaliser que ma femme ne m’aimait pas pour qui je suis mais pour mon argent, pour son confort personnel. Tout le monde recevait des nouvelles de sa famille, de ses enfants. Moi rien. J’avais beau appeler à la maison, le peu de nouvelles que j’avais de ma femme était limité à un « ça va », et pas de nouvelle de ma fille de 3 ans qui me manquait. Un vide.

Le robot que j’étais alors a serré les dents, réagit sans réfléchir. Certain décident de boire, d’autre de se ruer dans des bars à filles, ou d’autre ‘connerie’  …  moi j’ai rencontré quelqu’un avec qui partager un moment. Une fille belle, gracieuse, éduquée, intelligente aussi;  elle sortait clairement du lot. J’ai découvert un autre monde. Cela a été mon exutoire, une sorte de revanche personnelle aussi. Ce fut une relation en pointillé qui ne devait durer que l’espace d’un temps. Sans aucune attache. Sans réelle attente. J’étais naïf en Amour, naïf avec les femmes. J’ai rencontré l’Afrique de mon enfance, certaines de mes racines. J’ai été dans des endroits qu’aucun touriste ne connaît.

libreville-beach-in-front-of-tropicana-hotel-libreville

J’en ai rêvé il y a plusieurs mois d’ici et j’ai refait des voyages là-bas par le rêve, j’ai revu Libreville au Gabon.

Juste avant de rentrer en France, elle m’annonce qu’elle est enceinte, qu’elle va tout arranger, qu’elle a besoin d’argent, que ce n’est pas grave. Je suis embarrassé, je lui fait confiance, je n’ai pas d’autre choix de toute façon. Sentiment de tristesse en partant. Une certaine inquiétude aussi. J’avais trompé ma femme d’alors, que je n’aimais plus.  J’allais rentrer. Sans amour, sans coeur.

Le lien était coupé à nouveau avec l’Afrique, les univers à nouveau séparés, différents. Aucune attache.

En 2006 et 2008, j’ai eu quelques rêves étranges sur le sujet. Et je les ai oubliés après quelques jours.

Début 2015, je me suis mis à faire des rêves. Des rêves de voyages vers Libreville, j’en étais étonné. Je me suis trouvé nostalgique. Ensuite, d’autres rêves de lieux inconnus, de baraques en planche, de terre rouge, de bananiers qui poussent à côté. De hangars techniques près de l’Aéroport. Des bois flottés échoués sur la plage. La mangrove. Les éléphants. Saison sèche et saison des pluies. J’y rêve. J’y rencontre des gens, je discute, je m’informe. Etonnant. Etonné.

J’en ai rêvé plusieurs mois d’ici, elle est revenue dans mes rêves. Elle … sa fille.

J’ai reçu ce mercredi 13 Aout 2015 un appel du Gabon. J’ai vu le numéro. Mon coeur a bondi. Je (le Chaman) savais déjà de quoi il s’agissait, mes rêves m’en avaient parlé, il me manquait juste la date et l’heure de son premier contact.

Par contre après, comme tout humain, j’ai été balayé par un vent de panique et d’émotions : sentiment d’arnaque, effroi, panique, peur, angoisse de ma part. Je ne sais pas gérer.

« Pourquoi maintenant, alors que je mets de l’ordre dans ma vie ? »

 

Parce que !!! … me dit la vie.

Le lendemain …

Elle a 15 ans, est très belle, elle est dans son univers, moi dans le mien. Elle souhaitait savoir qui était son papa. Les réseaux sociaux ont faits le reste. Elle n’a manqué de rien me dit-elle.

Je n’en ferai pas plus pour elle, je n’en suis pas capable de toute façon, et je ne le souhaite pas.

Le passé m’a rattrapé. Et je n’ai pas honte de moi. Le plus difficile sera de le communiquer à mes proches et de rester constructif sur le sujet. Je respecte ce que la vie m’apporte.

Les rêves me l’avaient dit. Je l’ai vue ainsi. Même son nom je le savais.